Entretien avec Alexandre Cousin, 2e du Championnat du Monde de Windsurf 2019, catégorie Foil.

(English version coming soon)

Capture d’écran 2019-10-10 à 14.44.35.png

 

Comment as-tu vécu cette world cup à Sylt ?

Sylt est toujours une épreuve assez particulière car il y a différentes disciplines qui courent et la météo peut être extrême durant quelques jours, donc pas trop compatible avec la discipline du Foil. Nous avons donc attendu pendant presque une semaine avant de commencer nos manches, puis tout s'est enchainé pendant trois jours. Finir avec une seconde place sur l'épreuve et sur le classement annuel est juste un aboutissement de plusieurs années d'entraînement.

 

Qu’est ce qui a fait la différence selon toi ?

A Sylt c'était vraiment la polyvalence. Nous avons couru sur deux formats de course différents qui sont extrêmement opposés. Il faillait donc performer sur les deux types sans prendre de gros plombs. C'est ce que j'ai réussi à faire.

 

Comment as-tu géré le stress au fil des manches ?

Sylt est une île au nord de l'Allemagne très prisée des Allemands pour les vacances. Il y a donc beaucoup de spectateurs et l'infrastructure est assez imposante. Nous arrivions à la plage vers 9h00 pour le briefing puis nous préparions le matériel et enchainions les manches jusqu'à 16h00. Pour une fois j'ai assez bien géré le stress j'ai réussi à rester concentré malgré la tension. J'avais la sensation que cela allait bien se passer, un peu comme lorsque que j'avais gagné le championnat du monde de Formula. Mais je devais rester concentré. 

 

Comment te prépares-tu pour une telle épreuve ?

Ca ne se prépare pas au dernier moment et je pense que c'est le résultat de plusieurs années. L'année dernière j'avais manqué le podium à égalité de point avec le troisième (Antoine Albeau). Cette année sur l'épreuve précédente j'avais très mal navigué mais j'avais analysé ce qui n'allait pas. J'ai aussi fait beaucoup de régates cet été sur lesquelles je n'ai pas performé car j'ai eu des problèmes sur les départs. Mais tout cela c'est mis en place a Sylt car j'ai accumulé beaucoup d'expérience (une quarantaine de manches en compétition juste sur juillet et aout).

Et j'étais aussi bien préparé sur mon matériel que j'ai optimisé parfaitement jusqu'au dernier moment.

 

Comment se passent les entraînements avec les autres riders Phantom. Vous vous voyez souvent ?

Oui on se voit souvent mais nous n’avons pas trop l’occasion de nous entraîner ensemble. On échange beaucoup sur les réglages et sur ce que l'on découvre toute l'année sur le matériel. L'ambiance est très bonne et on est tous heureux les uns pour les autres lorsqu'un de nous fait des bonnes manches ou régates.

Avec Nico et Thomas on se connaît depuis déjà quelques années mais le fait de faire partie de la même team a renforcé nos liens.

 

Quels rapports as-tu avec le team technique/design ?

Tous les gens de l’équipe sont des passionnés donc ça se passe très bien. Ils sont tous très investis dans leur travail et tout le monde à le même objectif qui est de faire les meilleures voiles et foils de windsurf possible. 

 

Parles-nous du combo foil-voiles Phantom

Ce combo est juste parfait car nous avons un foil qui est n'est pas un monstre de puissance mais qui est très stable avec une super glisse et surtout une rigidité extrême. Les voiles sont plutôt puissantes et stables. La puissance de la voile donne donc beaucoup de vitesse à ce foil plutôt glissant. 

 

L’année dernière à Sylt, Nicolas Goyard avait fini 2e et toi 3e. Cette année, il gagne et tu finis 2e…. L’année prochaine, c’est toi le champion du monde ?

Oui c'est le but mais je dois continuer à travailler.

 

Phantom International